lundi 16 mars 2009

Eco trail de Paris : Proposition indécente suite et fin.

Et bien vous souvenez vous le 18/09/08 je me permettais de vous proposer d'occuper vos longues soirées hivernales par de belles sorties de courses à pieds. Figurez vous que 4 orteils (Bruno (le grand) Bruno (le petit), Jean-Pierre (le baroudeur) et Jean-Claude (la pile duracelle) décidèrent de se joindre à moi pour cet éco trail 09 de Paris.
Après avoir respecté de longues semaines d'entrainements rigoureux et de privation en tout genre (menteur va...) nous voilà unis comme les 5 doigts de la main à 12h15 au départ de ce trail, samedi 14/03/09.
Pour ma part cette distance m'était encore inconnue et je décidais donc de partir doucement tout en me laissant une marge de sécurité à chaque barrière horaire, soit 45 minutes.
La première barrière horaire était située au 21 km à Buc, je m'y présente à 14h15 avec une avance confortable de 1 h 15 sur la barrière horaire. Là se trouve donc un ravito extra (salé, sucré et tout le toutime), musique, enfants de l'école assurant l'animation. Je décide donc d'appliquer ma ligne de conduite aux ravitos à la lettre : 20 max d'arrêt (5 minutes pour choisir mon ravito suivi de 15 minutes d'étirements-repos assis au sol afin de remettre les gambettes en ordre de bataille). Question ravito le ptit dej étant loin et ma vitesse lente donc pas de pb de digestion), je me lâche. Et voilà la main droite qui attaque le fromage, la gauche qui enchaîne sur le saucisson pendant que l'œil droit repère une banane isolée et le gauche s'en prend à une orange. Après ces victuailles englouties je repars et quitte Buc pour rentrer aussitôt en foret par des sentiers très sympas.
Concentré sur la recherche d'une foulée la plus économique possible, j'entends un bruit de feuillage sur ma droite en contrebas et aperçois un cerf ne cherchant pas à fuir, mais plutôt me faisant une démonstration de foulées bondissantes me rappelant à la dure loi de la réalité : ici le roi de la foulée économique c'est bien lui...et disparaissant en un clin d'œil (de biche).
Après ce moment de plaisir les choses sérieuses commencent, effectivement suivi 30 bornes de montagnes russes (et voilà que j'monte, que j'descend et que je remonte et je redescend, pas 2 mètres de plat à travers cependant de superbes forêts. La tactique était simple tenir jusqu'au 50 km, arriver à celui-ci avec toujours mes 45 minutes d'avances sur la barrière horaire pour avoir 15 minutes de ravitos + 30 d'avances sous le coude. A l'approche du 50 km dans le dur une charmante bénévole m'indique tout sourire "ravito à 800 mètres", tu parles 800 mètres... plutôt 2 milles. Bref au sommet d'un raidillon de 200 mètre voilà que se présente à moi les lumières, la musique, les bénévoles (adorables) du 50 km, j'y suis à 19 h. Toujours ma tactique : je décide de prendre 25 minutes de pose : ravito (fromages, jambon, banane + soupe), assis dans l'herbe, j'ai froid enfile mon coupe vent que je réservais pour la nuit, place ma frontale (avant qu'il fasse complètement noir c'est plus facile) m'énerve après ce p... de dossard que je n'arrive pas fixer, le bouchonne et le fourre dans un poche. Calme toi mon garçon et étire toi les crampes sont là. Mon téléphone sonne ,c'est Jacques qui prend des nouvelles (1 heures avant je voyais tous les gars au téléphone avec je ne sais qui, cela me faisais sourire de voir des purs et durs chercher du réconfort au tél... et bien maintenant c'est moi qui y suis et super content que les copains pensent à nous, même si j'ai surement été plutôt binaire au téléphone cela boost son gaillard. L'organisation à vraiment bien fait les choses sur ce ravito : très bien fourni, musique, et même des jongleurs de feu, dans le noir super !!.
Je quitte à 19h30 le ravito, barrière horaire 20h, tout va bien. Commence pour moi l'inconnu le trail de nuit. Dés les premières foulées, le bonheur, je me retrouve seul en forêt avec comme unique champ de vision les 4 mètres carrés de lumière produit par ma frontale, et une sensation de liberté extraordinaire (la forêt à moi seul, l'impression de vivre pleinement ma modeste aventure) les bruits de la forêt sont là, là nature, son calme, sa sérénité m'envahit, la civilisation est loin quel bonheur !!
Le prochain ravito est dans 13 km au 63 km. On arrive sur Jardy, un bénévole m'indique que le ravito du 63 km est dans 1 km je trottine à 7 à l'heure aperçois les lumières du ravito regarde la pendule qui indique 21h, barrière horaire 22h super. Je retrouve l'ambiance d'un ravito nocturne, hors du temps, en petit comité, j'ai même l'impression que l'on parle à voix basse pour par casser l'ambiance, quand les regards se croisent ils se disent "ou va aller au bout". Les gars avec qui je me trouve, comme moi, ne jouent évidement pas le chronos, on est là pour vivre notre truc à nous, la voir briller la dame de fer. J'avale une soupe en échangeant quelque mois avec un Belge qui m'indique qu'un ami l'attend à l'arrivée avec un pack de Leffe, forcement un bon gars...
Je quitte le ravito vers 21h20 (barrière horaire 22h, toujours ma marge de 30 minutes) commence sérieusement à penser que je vais finir il reste 17 km , Bruno (notre président chéri) m'appelle, m'indique qu'il a abandonner au 50 km comme Bruno Bernard) juste, juste, pour les barrières horaires, malade la semaine précédente, comme on se l'avait dit rdv à la Tour Eiffel , il m'y attendra (je lui avait promis des ptites touristes japonaise en tenue d'écolières). Direction le 70 km, 7 km plus loin j'y arrive à 22 h 15 me pose avec un bol de soupe on est vraiment pas nombreux, les bénévoles chaleureux, il n'y a pas les bénévoles d'un côté et les participants de l'autre : on est ensemble sur "notre eco trail" (j'aimerais maintenant connaître l'ambiance des ravito-bivouacks d'une course à étapes dans le désert, Jean-Pierre fais moi rêver).
Et ben voilà mon cœur tendre prend le dessus, j'appelle ma chère et tendre et lui dit qu'il me reste 10 bornes en 2 h30 max ça va passer, elle prend la voiture embarque notre petite louloute direction la Tour Eiffel. J'appelle aussi mon pote Bruno Ba, envies de partager, après ses 50 bornes il m'attend à l'arrivée comme promis, avec la patience et la gentillesse qui le caractérise. Les 10 derniers km se font sur les quais évidement la partie la moins sympa du parcours je chemine avec un couple le mari non voyant lié par (l'amour j'en suis certain) une corde au poignet à sa femme, pendant 80 bornes en 12 h 30 comme moi. Leur exemple me fait ravaler toutes mes plaintes, gémissements que j'ai osé émettre sur ce parcours chapeau bas.
Je monte sur le pont face à la Tour Eiffel Bruno Ba est là tout sourire me prend dans ses bras (c'est beau 2 hommes qui se laissent aller...putain Bruno je suis content que tu sois là, partage toujours partage !)
Je fais bien quelques clowneries sur le podium sur lequel on doit passer avant d'attaquer les 365 marches restantes. Mon dieu c'est dur 220, 314, et voilà le chronos 12 h25 d'efforts, d'EMOTIONS, pari gagné.
Je redescends retrouver femme, enfant, Bruno, Philippe (Chambert) est là comme promis il voulait venir nous chercher et a été fidèle au rdv avec sont petit bonhomme. Et figurez vous que Philippe va se transformer en Saint Bernard... Bruno, Philippe, sont ptit bonhomme partent à pied en direction de la voiture de Philippe, ma chère et tendre, notre fille et moi montons dans notre voiture et voilà pas qu'au moment de démarrer (précision il est 1 h 30 du matin, après 80 bornes de plaisanterie) la seule chose que ma voiture trouve à me dire c'est "vlou, vlou, vlou" batterie à plat !!!! J'appelle Bruno et Philippe qui par chance avait des pinces de batterie dans sa voiture, nous voilà donc frontales replacées têtes dans le moteur (au milieu des vendeurs de Tour Eiffel et autres touristes à chercher comment placer ces fichues pinces , mes jurons rythmant la manœuvre s'accordant parfaitement avec la patience et la gentillesse de Bruno et Philippe... Bref les vlou, vlou de tout à l'heure laissent place à un vroum vroum qui me fit retrouver le sourire.
Et voilà que s'achève une grosse journée pleine d'efforts, d'émotions, de partages entres copains orteilleux.

11 commentaires:

LoLo a dit…

ben mon vieux çà c'est du compte-rendu ! Quelle émotion, de te lire, c'est trop beau. Quelle déception de ne pas avoir été là pour te (vous) soutenir. Ton ambrassade ave Bruno me rappelle la mienne dans le Cantal. Quel charisme ce Bruno ! En tout cas je n'ai pas de mot assez fort pour exprimer toute mon admiration à vous cinq. Chapeau bas.

Bruno Ba a dit…

Un compte-rendu à faire "braire" (comme on dit chez moi) ! De mon coté, j'ai profité d'un séjour en Angleterre pour attraper une bonne "crève" la semaine dernière. Si j'avais été très raisonnable, je serais resté bien au chaud, mais évidemment j'ai pris le départ... Le plus dur, éviter de tousser en courant ! Au 21ème, une grosse envie d'arréter après être arrivé à bout de souffle en haut d'une cote. Je continue et au bout de 4 heures...cela va mieux. J'arrive au ravito du 50ème sans savoir qu'Olivier l'a quitté 20min avant. Je suis toujours dans la barrière horaire et pourrais repartir, mais je suis finalement "raisonnable" et décide de stopper les frais.
En désespoir de voir arriver la navette de l'organisation pour aller à la Tour Eiffel et commençant à sérieusement refroidir, je repars finalement...à pied jusque la gare de Chaville pour prendre RER et métro...et vous connaissez la suite des aventures !
Un grand merci à tous pour votre soutien, en particulier les appels de Jean-Michel, Jacques et SMS de Lolo !!!

LoLo a dit…

Je viens de regarder les photos : très sympas surtout avec les commentaires ! Je vois que B2 se met à porter un couvre chef étonnant lui aussi. Une compétition du plus ridicule serait-elle en passe d'étre déclarée ? Quel plaisir de vous voir sur ces photos ce qui augmente la frustration de ne pas avoir été avec vous, mais on ne peut pas être partout et prêt pour tout ...

Anonyme a dit…

Olivier: tu as magnifiquement exprimé ce que nous avons tous ressenti sur ce trail, quelque soient les péripéties de chaque aventure individuelle.
L'organisation,les bénévoles et l'esprit général qui régnait sur cette course étaient exceptionnels et je propose que notre Président envoie une lettre de remerciement collective aux organisateurs, s'il veut bien s'en charger.
Pour ce qui est de Jean-Claude et moi, on s'est croisé et recroisé et recroisé tout au long de la course, pour finalement se retrouver ensemble, l'estomac un peu barbouillé, au 1er étage de la Tour Eiffel.Jean-Claude avait une équipe de supporters qui l'attendait (son fils, Mélinda,et son copain) qui nous ont chouchoutés et ramenés au bercail.Difficile de s'endormir au retour, à cause de mes cuisses mais surtout à cause du mental qui avait besoin de retrouver sa sérénité.Finalement ça valait le coup de bouffer des flocons d'avoine pendant un mois...
Jean-Pierre
PS (1) J'ai vu la coureuse mal-voyante peu après le début de la course.Jamais je n'aurais pensé qu'elle terminerait, ou même passerait le cap des 50 km compte tenu de la difficulté du parcours avec ses sentiers étroits et parfois caillouteux.Magnifique exemple de courage et d'esprit d'équipe.
PS(2) pour Jimmy:je ne retrouve pas mon mon mot de passe.Je serai donc un anonyme pour la vie.

jimmy a dit…

Après le choc des photos, on a maintenant le poids des mots avec Oliv qui avec sa verve incomparable a su faire partager avec passion son ressenti sur ce Trail parisien.
Qui aurait pu imaginer qu'un parcours en région parisienne pouvait apporter autant de sensations qu'un trail en plein désert ?... Oui Oliv, c'était vraiment une proposition indécente, mais comme les Orteils n'ont pas froid aux pieds, ils t'ont suivi dans ton délire... Le seul bémol est l'erreur de classement de JCP qui m'a fait croire un moment à un podium à la Tour Eiffel (cela m'apprendra à vouloir toujours connaître les résultats avant les autres); mais après tout ce qui a été rapporté dans vos récit et commentaires, il n'y a pas que le résultat qui compte .... Quel bonheur de vous lire / Merci et encore BRAVO !
PS. Pour Jipé, tu peux récupérer ton mot de passe à cette adresse et après, on te choisira une belle image qui te caractérise bien ;-))

Oliv a dit…

Allez encore un peu d'émotion...

Plus sérieusement merci à tous pour les SMS, coup de tél., présences physiques, qui nous ont vraiment fait plaisir.

Lolo, Isa, Bruno (et tous les autres orteils bien sûr) n'oublions évidement pas la fratrie de l'Ecir et je tiens personnellement à vivre avec vous une prochaine aventure. Lolo tu vas m'engueuler... mais ds l'immédiat je ne pense pas avoir la motivation pour repartir sur une prépa me permettant de vous suivre (de loin) sur le Val (la bête a besoin de se ressourcer un peu).

Jean Pierre et Jean Claude vous êtes des monstres, bravo les gars pour votre perf

Jean-Pierre a dit…

C'est bon, Jimmy, d'avoir retrouvé une identité grâce à tes précieux conseils!
Merci

jimmy a dit…

Bravo Jipépé !
Manque plus qu'une image sympa pour être un vrai Blogger OEP...
(si l'image te plait, clic dessus avec le bouton droit et enregistre la). On va pouvoir enfin retrouver tes talents de conteur et surtout tes recettes à base d'avoine qui ont fait le champion que tu es! A très bientôt dans un prochain article.

Jipépé a dit…

Le pépé gaga a eu besoin de deux essais pour faire tout juste.
C'est l'heure de la soupe aux choux, alors bonsoir à tous.

woep92 a dit…

10/10 >> Pour ta technicité et ton humour. Bienvenue dans la communauté OEP (en marge et en bas du Blog)

Anonyme a dit…

félicitation à vous cinq ! quelle perf ! au plaisir de se revoir sur d'autre course ou à l'entrainement.
jff

RENSEIGNEMENTS

Amis de la course à pied, Bonjour !
Tout ce que vous voulez savoir pour venir partager notre plaisir de courir en toute liberté, au sein d’une association sportive proche de chez vous, est résumé dans les lignes suivantes :

L’Orteil en pointes n’est pas un club FFA, mais une simple association sportive. Donc pas d’entraîneur, ce qui ne nous empêche pas d’échanger entre nous pour progresser et nous inciter à en faire encore plus, ou encore mieux…
Le fonctionnement est très ouvert et informel. Nous nous retrouvons tous les dimanches à 9h30 sur le parking de la gare de Garches (extrémité « droite », près du passage à niveau). Selon l’époque, la météo et les courses à l’extérieur, nous sommes ainsi entre 5 et 25, rarement plus, rarement moins, et nous nous élançons tranquillement pour un parcours quasiment 100% boisé à travers le parc de Saint-Cloud, les haras de Jardy et la forêt de Fausses Reposes, vers Ville d’Avray. Après un parcours commun d’environ 45 mn, le groupe se scinde et chacun, selon sa forme, ses objectifs et sa disponibilité du moment, choisit de poursuivre par un circuit « long », « moyen » ou « court », pour varier les plaisirs et les durées, qui vont ainsi environ de 1h à 1h45, voire plus. L’allure est raisonnable, et de courtes haltes sont ménagées pour attendre les moins rapides. Nous avons d’ailleurs l’intention de structurer et systématiser un groupe « débutants », qui ira à son petit rythme, pour ceux qui ne pourraient pas suivre le groupe principal (environ 11-12 km/h en vitesse de croisière pour ce dernier).
Pour les débutants et pratiquants modérés, c’est un excellent moyen de se motiver pour courir chaque semaine, en toute convivialité et sans recherche de performance. Pour les plus aguerris, c’est un excellent complément des entrainements individuels pratiqués en semaine, et l’occasion de retrouver les copains pour parler santé (ah, les bobos du coureur à pied !) et projets de course.
Pour illustrer cela, sachez que nous avons à la fois des coureurs qui ne font qu’un seul entraînement par semaine et aucune compétition, avec un niveau de l’ordre de 1h aux 10km, et d’autres qui s’alignent sur des trails de 80 km (voire plus) avec de forts dénivelés, et qui « tournent » aux alentours de 3h au marathon. Et tous trouvent leur intérêt et leur plaisir à courir ensemble le dimanche.
En marge de ces entrainements, il y a bien sûr les courses officielles. Chacun fait son programme annuel en fonction de ses objectifs, capacités et disponibilités. L’OEP en sélectionne plus particulièrement une dizaine, généralement en IDF, auxquelles nous essayons de participer en nombre pour renforcer les liens entre adhérents.
Financièrement c’est aussi assez simple: L’adhésion à l’année est de 25€ (40€ pour un couple); elle est de 15€ pour la « moitié » de saison à partir de septembre. Vous pouvez très bien venir courir autant de fois que vous le voulez le dimanche sans adhérer. Le fait de cotiser, outre son aspect symbolique d’adhésion à un groupe, vous permet d’être remboursé des frais d’inscription sur les courses sélectionnées par l’OEP (avec un plafond de 15€ par course). Pas de bulletin médical à fournir pour les sorties du dimanche ; par contre il est obligatoire pour les courses.
N’hésitez pas à jeter un coup d’œil à notre blog "http://orteil.free.fr" où chacun raconte ses petits et grands exploits (ou misères).
Au plaisir de vous voir un prochain dimanche.

Michel

Abonnez vous !

(c'est gratuit!...)